Itinéraires d’Habitat Participatif

Alors que nous fêtons cette année les 30 ans de notre association « Pour un Habitat Différent« , nous nous réjouissons de voir qu’un peu partout en France fleurissent des projets d’Habitat Participatif. Nombreux sont celles et ceux qui viennent ici, à Angers voir comment nous vivons, comment nous nous en sortons avec ce drôle de projet de vivre ensemble et chacun chez soi. Et si pour nous c’est maintenant une évidence, ça ne l’est pas a priori, les questions parfois incrédules de nos visiteurs en témoignent.

Mais il faut bien le dire, les candidats à l’Habitat Participatif s’engagent dans un projet long… Long à mettre en oeuvre, long à faire aboutir et enfin long (le plus long possible) à vivre. Il est donc semé d’embuches de toutes sortes le parcours qui mène à la vie dont on a rêvé, des embuches qui évoluent au fur et à mesure de la construction de ce projet.

Notre projet est parvenu au bout de toutes les embuches initiales et s’est concrétisé, il y a toujours des hauts et des bas et rien n’est jamais acquis mais depuis trente ans maintenant nous sommes là et bien là.

cropped-hd-2.jpg

Nous sommes donc perçus par certains candidats à l’Habitat Participatif comme un élément de référence qui leur permet de vérifier grandeur nature le bien-fondé de leurs aspirations. Nous essayons d’aider en recevant les groupes qui nous le demandent, parfois également en allant témoigner au gré des formations, tables rondes, ou autres conventions qui nous invitent. Certains aimeraient que nous fussions plus actifs, d’autres moins c’est selon…

Une chose est certaine, nous essayons d’être attentifs à celles et ceux qui sont venus nous voir et aux autres aussi d’ailleurs. Les échecs ou abandons nous désolent, les réussites nous enthousiasment.

Et à ce titre, nous devons aujourd’hui regretter que Cohabitoit, un groupe angevin, jette l’éponge en ce mois de Mars 2013. Voici ce qu’il disent sur leur blog, l’ensemble de l’article est à lire :

 

vendredi 22 mars 2013

Fin de l’aventure

 (…)

LES ENSEIGNEMENTS

AVERTISSEMENT : Cette liste correspond aux différents avis émis par des membres du groupe, sans qu’ils fassent forcément consensus, où que chacun y mette le même poids.
Les points forts
·         Le soutien politique du maire d’Écouflant, initiateur du projet
·         L’accompagnement par Anne-Claire Chiron d’Alisée
·         Toute la réflexion sur une nouvelle façon d’habiter (connaître ses voisins, mutualiser des espaces et des moyens, mixités,…)
·         Les valeurs partagées
·         La méthode de travail du groupe favorisant l’écoute (absence de contre)
·         Dès 2011, 7 ménages ont la constance de travailler à faire avancer la réalisation du projet. Seulement 3 autres ménages accédants ou locataires-accédants auraient été nécessaires pour la faisabilité du projet)
·         La ZAC de Provins disposera d’une chaufferie collective à bois et doit être desservie par la ligne B du tram
Les points faibles
·         Le manque de considération de la part de la SODEMEL : par exemple, aucun écrit en 3 ans
·         L’usure par la durée et la difficulté à agrandir le groupe
·         La difficulté à vivre les valeurs du groupe au quotidien
·         Le manque de temps de réunion pour Cohabitoit formé de personnes prenant sur leur temps personnel
·         Un montage où l’accompagnateur est dépendant de l’aménageur
·         Accompagnement réduit à partir de l’été 2011 car le 1er financement est consommé et la demande d’un financement suivant n’a pas de réponse pendant de longs mois.
·         L’accompagnateur a une compétence encore à acquérir dans certains domaines.
·         La mixité sociale chère au groupe et présente dans le montage d’accédants, locataires-accédants et locataires était un choix moins facile qu’un montage en accession.
·         L’arrivée sur la ZAC de la ligne B du tram prévue au début du projet, semble moins sûre au fil de 2012.
Les causes de l’échec
·      Le rapport de force inégal du groupe par rapport au bailleur qui n’a jamais signé la convention de partenariat pour finalement se désengager, plus soucieux de pratiques immobilières classiques que de répondre à notre particularité d’habitat groupé et participatif
·      L’incompréhension de la nature du projet par l’aménageur, qui s’est notamment traduit par une faible collaboration : absence de concertation avec l’urbaniste de la ZAC, manque de réunions de coordination avec les acteurs du projet.
·      L’absence de collaboration avec des acteurs-clés : architecture-urbaniste de la ZAC, CAUE
·      La difficulté d’être simple citoyen ayant un projet collectif, pertinent mais prématuré. La crise économique rend difficile les opérations à monter. Les acteurs partenaires du projet engagés dans une nouvelle urbanisation, ne reculent-ils pas sur leurs intentions que ce projet illustrait ? 
·      L’habitat groupé et participatif est, avant la loi à venir sur le logement, une tâche de pionnier : pour ce projet, les points forts de tous les acteurs (notamment l’implication de la mairie et de l’accompagnateur) n’ont pas réussi à se rencontrer pour aboutir
·      Le prix trop élevé du foncier
·      Les changements successifs de terrain dont la superficie du dernier proposé ne permettant pas l’intéressement d’un bailleur et compromettait notre projet
·      Des désaccords dans le groupe
Ce qu’on en retient
·      Les valeurs définies dans le projet
·      L’envie d’habiter dans un endroit où on connaît des gens
·      La méthode de travail : décision par absence de contre
·      Le gain d’échanger nos expériences entre groupes d’habitat participatif
·             La réflexion sur comment habiter avec les mixités nécessaires
·      Une meilleure connaissance du rôle des différents partenaires d’un projet immobilier, des conséquences des choix d’urbanisation, de la construction écologique, et bien d’autres choses encore !
ET MAINTENANT ?
Les membres du groupe gardent l’envie de cohabitat. Tous sont prêts à s’impliquer dans de nouveaux projets, à court ou moyen terme.

 

Témoignage riche dont la lecture est indispensable mais c’est ce qui est écrit après « Et maintenant ? » qui est le plus important, forts de leur expérience au sein de cohabitoit, ils reviendront pour réussir n’en doutons pas !

 

Un peu plus dans l’Ouest, du côté de Saint Nolff, en Bretagne sud, les Voisins Volontaires poursuivent eux leur chemin vers l’Habitat Participatif. Une série de portrait de ces voisins volontaires a été tournée par Les Passeurs d’Images, en voici un extrait :

 

 

Puisse ce projet arriver à son terme et connaître des jours meilleurs que celui de nos amis de Cohabitoit. Et quoiqu’il arrive, nous serons toujours à leurs côtés, ne serait-ce que par la pensée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s